Pourquoi manger bio ?

Selon Gilles-Eric Seralini, professeur de biologie moléculaire, spécialiste de la question sur les OGM, il existe dans le monde près de 30 000 aliments, toutes familles confondues que nous pouvons consommer. En occident, nous en avons accès à plus de 5 000, alors que nous n'en retrouvons que 5 dans 80% des produits présents dans l'industrie agro-alimentaire : le blé, le maïs, le soja, le lait de vache et le sucre.

 

En France, les agriculteurs conventionnels cultivent ces aliments en utilisant près de 78000 tonnes de pesticides chaque année. Les usines mécanisent la production en dénaturant les aliments, pour ne retenir que la matière solide qui doit se conserver longtemps et que l’on doit pouvoir mélanger à d’autres saveurs, souvent artificielles pour séduire le palais du consommateur. Au final, il n’y a plus de vie dans les aliments.  Alors que le système digestif est un processus naturel en lui même. Le corps ne reconnaît pas des aliments morts, et donc il les stock, ne sachant pas quoi en faire. Si on regarde de plus près les recherches de l’ingénieur agronome Claude Bourguignon, il nous enseigne qu’une bonne terre se reconnaît à sa consistance. La terre d’un champs conventionnel est souvent sèche, car l’agriculteur cumule des couches de mono-culture, dépendant du rendement que les industriels lui impose pour pouvoir « faire du business », empêchant la terre de respirer. Un agriculteur bio fera attention à diversifier ses cultures, à retourner sa terre et à la préserver de tout polluants chimiques, favorisant ainsi la circulation dans la terre des lombrics et autres champignons qui apportent l’air et la vie nécessaires à la bonne culture de nos aliments. Dans une poignée de main, cette terre ressemble à des « graines de couscous », nous démontre Claude Bourguignon.

 

Une production entourée de verdures, en harmonie avec son écosystème et avec les nombreux insectes et autres rapaces qui ont un rôle à y jouer, peut profiter de tous ces éléments pour que les aliments soient gorgés de vie, et protégés tout au long de l’année par ces alliés de la nature. C’est un autre état d’esprit. Et cette vie, si nous le voulons nous pouvons la retrouver dans notre assiette, et en faire profiter notre corps qui comblera enfin ses besoins essentiels afin de calmer son insatiable appétit. Il est intéressant de constater que lorsque le corps est en manque, il est dans un état de stress et il stock alors des aliments sous forme de graisse, par peur de manquer. Il fait ses réserves ! A ceux qui voudraient perde du poids, rien de mieux que de manger davantage de bons aliments bio et naturels pendant un certain temps, afin que le corps retrouve de bonnes bases et une certaine sécurité alimentaire. Une fois que l’équilibre est atteint, le corps finit enfin par perdre les kilos en trop, rassuré…Manger bio aide à être moins stressé. Il est prouvé, notamment par l’association Générations Futures que les pesticides perturbent le métabolisme, et provoquent de multiples maux sur le long terme, notamment la hausse de l’état d’hyperactivité.

 

Ensuite, à vous de bien choisir vos circuits d’approvisionnement. Étant donné qu’il n’y a que 4% de terres agricoles bio en France, ça laisse la place à beaucoup d’aliments bio d’importation. Et la demande des consommateurs est tellement grandissante que nous voyons apparaître des produits bio, avec les mêmes méthodes de fabrication que celles utilisées par les industriels. C’est vous qui voyez si vous faîtes confiance, ou non. Les bons réseaux et les bons labels existent, et il y en a suffisamment pour s’y intéresser de plus près et choisir celui qui parle le plus à chacun. Le top ? Connaître son fermier, et s’approvisionner en direct… Mais au-delà de ça, sachez que notre corps appartient à la terre où nous nous trouvons, et que nous ne sommes pas coupés de la nature. Par exemple, quand on mange de l’ananas en hiver, parce que c’est diurétique et qu’on veut garder la ligne même s’il fait 0° dehors, alors que tous ce dont on a besoin par période de grand froid, c’est de se réchauffer en mangeant des plats consistants et chauds, il ne faut pas s’étonner qu’on ait des fringales, ou qu’on tombe malade… L’ananas pousse dans un pays chaud, donc il est fait pour rafraîchir le corps des habitants qui se trouvent dans ces pays-là. C’est du bon sens. Alors bio appétit !

 

 

Julien