L'impact environnemental du plastique

Pas une journée sans en voir, sans en toucher ni même en mettre à la bouche. Il a envahi non seulement notre quotidien mais aussi celui des animaux marins. Il forme à lui tout seul le 7e continent : un continent de déchets flottant en plein milieu de l’océan. Natasha nous a concocté le dossier redac' de Mars avec pour thème le plastique, voici le premier article !

Je vous présente mon ennemi le plastique. Le plastique c’est en fait une grande famille de 7 catégories :

 

  1. Polyétéphtalate d’éthylène (PET)

  2. Polyéthylène de haute densité (PEHD ou HDPE)

  3. Polychlorure de vinyl (PVC)

  4. Polyéthylène de faible densité (PELD ou LDPE)

  5. Polypropylène (PP)

  6. Polystyrène (PS)

  7. Autres dont le polycarbonate (PC)

 

Leur point commun ? Leurs effets néfastes sur l’environnement et la santé.

 

La production de plastique

Pour commencer, la production du plastique est un processus nécessitant l’usage de ressources naturelles non renouvelables : pétrole, gaz naturel ou charbon. Ensuite, les étapes à la fois longues et complexes de la production du plastique sont très énergivores et gourmandes en eau : distillation, cracking, polymérisation, ajout de plastifiants, ajout d’additifs et façonnage. Tout ça pour fabriquer notamment un simple sac plastique utilisé à peine 20 minutes en moyenne avant de finir à la poubelle !

 

Le recyclage du plastique

Oui mais le plastique, ça se recycle, me diras-tu !

 

En effet, le plastique, ça se recycle… en théorie! Parmi les sept catégories, seuls le PET et le PEHD sont recyclés en France. Il est certain que recycler, c’est mieux que de jeter, mais n’oublions pas que cela reste un processus long, coûteux et énergivore. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les sacs plastiques, entre autres, ne sont pas recyclés : cela nécessiterait plus de ressources qu’il n’en serait produites ! En outre, le plastique n’est pas recyclable à l’infini : viendra un moment où il finira à la décharge avec le reste de nos déchets… et tous les autres plastiques qui auraient pu être recyclés mais que personne n’a fait l’effort de trier. L’Europe recycle à peine 25% des plastiques qui pourraient l’être !

 

La décomposition du plastique

Une fois à la décharge, le plastique continue de polluer pendant plusieurs centaines d’années, le temps nécessaire à sa décomposition. Par exemple, un briquet met 100 ans à se décomposer, une serviette hygiénique 450 ans à se décomposer, un sac en plastique 450 et une bouteille d’eau peut mettre jusqu’à 1000 ans avant de disparaître complètement ! Malheureusement, même s’ils finissent par disparaître, les résidus toxiques de leur décomposition, eux, restent. En effet, pendant ce long processus, des particules très toxiques et non-biodégradables, issues des divers additifs ajoutés lors de la production, sont rejetées et s’infiltrent dans l’eau et les sols.

 

 

Une fois que l’on sait tout ça, on ne peut plus regarder une simple bouteille en plastique comme avant ; et je ne t’ai même pas encore parlé des impacts sanitaires du plastique !

 

Je te donne donc rendez-vous la semaine prochaine pour en savoir plus à ce sujet. Rassure toi, après je te présenterai tout plein d’alternatives et d’astuces pour bannir le plastique de ton quotidien !

 

Pour aller plus loin :

Les plastiques en débat

Planetoscope

Consoglobe

Arehn

 

Natasha (Echos Verts)

plastique